ferrari-412-daft-punk-pulpstation

…ou plus exactement le modèle présent dans le premier long métrage Electroma réalisé par le groupe français en 2006. Nous avons donc eu la chance d’avoir entre nos mains une magnifique Ferrari 412 pour quelques heures.

 Une vraie Ferrari !

DSC_0478def

Ce modèle est considéré comme la dernière vraie Ferrari par les puristes car elle abrite le V12 modernisée de la mythique Ferrari Daytona. Elle présente aussi une implantation mécanique « classique » avec un moteur placé à l’avant, une boîte de vitesse collée au moteur, un arbre de transmission et un pont arrière.

Ce modèle a été lancé en 1972 mais la 412 représente la version la plus aboutie avec un moteur à injection et une modernisation de la carrosserie.

enzo-ferrari

Deux citations d’Enzo Ferrari permettent de rappeler que la 412, contrairement à de nombreux modèles plus récents s’inscrit dans la plus pure tradition Ferrari avec un moteur à l’avant et 2 places à l’arrière :

« Une Ferrari, c’est une 2+2 avec un V12 à l’avant »
« C’est le cheval qui tire la charrue et non l’inverse »

A son volant !

ferrari-412

Le modèle que nous avons eu entre les mains est une 412 de mars 1987 avec 75 000 kilomètres au compteur (kilométrage certifié).  La carrosserie était absolument impeccable avec cette ligne à couper le souffle du designer Pininfarina.  Un coup de crayon incroyable comme le montre nos photos.

L’intérieur de notre « youngtimer » est plus vintage car malheureusement les années 80 ont amené sa cohorte de plastiques sur la planche de bord et dans l’habitacle. L’intérieur cuir beige sauve la mise et donne une impression de GT très luxueuse. A l’époque, elle avait pour objectif de concurrencer la Rolls Royce Camargue. 

DSC_0485def

Coté moteur, le bruit du V12 est magique. Notre modèle était doté d’une boite automatique (d’origine General Motors), ce qui peut paraître un peu triste dans une telle voiture. Cela aseptise quelque peu le moteur mais rend sa conduite beaucoup plus agréable en ville. Il est à noter que l’embrayage d’une boîte manuelle est à changer tous les 10 000 kilomètres… plutôt bon pour le portefeuille des propriétaires.

Mais le plaisir est toujours présent et la sonorité du V12 est enchanteresse. Même fin novembre (date de notre essai), on roule fenêtre ouverte ! La voiture est lourde mais les 340 chevaux du V12 gomme cet handicap en un coup d’accélérateur. La direction est très précise et la voiture fait preuve d’une grande stabilité sur autoroute. La répartition des masses est bien pensée, lui permettant d’attaquer les courbes de petites routes sans difficultés.

DSC_0490def

La suspension est assez atypique pour une voiture de ce type puisqu’elle est hydropneumatique (comme sur la Citroën DS !).

En résumé, la Ferrari 412 est vraiment une voiture exclusive dans tous les sens du terme (seulement 600 exemplaires construits – 3500 exemplaires dans la famille 365/400/412). Sa conduite est facile mais il ne faut jamais oublier qu’il y a un V12 à l’avant…ne pas oublier qu’elle mesure 4.80 m et ne pas oublier d’aller à la pompe tous les 400 kilomètres (réservoir de 120 litres).

La 412 et les Daft Punk

ferrari-412-daft-punk-2

Si vous aimez cette voiture,  ne manquez pas le prochain supplément mode du journal le Monde daté du 7 décembre. Vous y verrez un des véhicules du club photographié par Peter Lindbergh avec les Daft Punk !

daft-punk-couv-lemonde

Vous pouvez découvrir les coulisses de ce shooting exceptionnel avec la 412 et les Daft Punk en cliquant ici ou revoir ce trio culte dans le film clipé « Electroma » de 2006.

Image de prévisualisation YouTube

 

  1. gaia99 dit :

    Superbe article ! Moi qui ne suis pas très fan de voiture, ça m’a donné envie… Et quel plaisir vous avez dû avoir en ayant l’exclusivité de conduire ce type de voiture !!!! Incroyable….
    Merci pour ce moment de partage !